Salut les souriceaux !

Je reviens vous voir cette fois-ci pour vous parler d’un nouveau coup de coeur ! Je suis tombée littéralement amoureuse de ce livre que j’ai fini en deux jours. Je l’ai découvert encore une fois grâce au challenge Les filles de Mrs Bennet. Voici sans plus attendre, ma chronique :

couv28855258

Titre en français : La Maîtresse de Rome.

Titre original : Mistress of Rome (2010).

Auteur : Kate Quinn.

Editions : Pocket

Nombre de pages : 690 pages

Synopsis :

Jeune esclave juive soumise aux caprices de l’arrogante Lepida Pollia, sa maîtresse, Thea connaît pour la première fois le bonheur dans les bras du gladiateur Arius le Barbare, la nouvelle coqueluche de Rome. Mais leur idylle attise la jalousie de Lepida, qui s’emploie de son mieux à les séparer. Cette dernière n’est pas le seul obstacle à se présenter sur la route des deux amants. Grâce à ses talents de musicienne, la belle Thea ne tarde pas à être remarquée de l’aristocratie romaine… et d’un dangereux admirateur : l’empereur Domitien, un homme brillant mais cruel qui en fait sa favorite. Devenue la femme la plus influente de Rome, Thea doit plus que jamais garder son amour pour Arius secret.

Mon avis :

Pour ceux qui n’aiment pas les romances, je vous préviens tout de suite ! L’amour fait partie de toute une trame reliant plusieurs personnages. Il y a aussi pas mal de complots, d’injustices et de trahisons.

as-coeur-bal La narration change en fonction des personnages. Nous retrouvons des points de vue différents mais surtout le rythme s’adapte à tous les goûts. On alterne entre des aristocrates, esclaves, gladiateurs. Grâce à cela, je me suis attachée aux personnages.

as-coeur-bal Il y a des personnages qu’on aime détester. Parmi eux, maîtresse Lepida, l’intrigante par excellence qui tout au long du récit ne cessera de faire des pieds et des mains pour arriver à ses fins. Une manipulatrice comme on les aime, une « méchante » de premier ordre, vénéneuse à souhait qui écrase tous ceux qui se mettent en travers de son chemin ou qui ne cèdent pas à ses caprices.

as-coeur-bal Je me suis tenue le ventre tout au long du livre à cause /ou grâce à l’empereur Domitien, un autre personnage à détester 😉 Fan des exécutions arbitraires et de décisions hâtives, il pouvait changer le destin des personnages en un claquement de doigts. L’histoire évolue beaucoup donc et passe du blanc au noir ou inversement en un nombre maigre de pages. Le lecteur n’est souvent que peu préparé à ces retournements de situations, ce qui lui permet de vivre de belles sensations 🙂

as-coeur-bal La Rome antique est bien décrite. L’auteure maîtrise son histoire, ses traditions et sa culture. Même s’il s’agit d’une fiction, beaucoup de faits historiques sont présents. Je vous laisse les découvrir !

as-coeur-bal L’histoire d’amour entre Thea, une jeune esclave juive et Arius, un esclave gladiateur, a fait battre mon coeur tout au long du livre. Cet amour est très compliqué (mais tellement beau) à cause des personnages que j’ai cité plus haut.

Ce livre m’a fait voir de toutes les couleurs ! J’ai été triste, angoissée, énervée et frustrée tout au long du roman. Ce livre est une véritable perle ! Un 5 / 5

as-coeur-balas-coeur-balas-coeur-balas-coeur-balas-coeur-bal

Publicités